f t s A a p

Jacques, atteint d’un cancer broncho-pulmonaire

Date : 08/05/2020

Tout allait bien, jusqu’au jour où le radiologue a découvert une image sur un de mes poumons.

« En quelques mois, grâce à SOS AMIANTE, j’ai obtenu une indemnisation dépassant largement 100000 € et un complément de la rente versée par la C.P.A.M. … »

Je ne me suis pas inquiété car je n’avais jamais fumé jusqu’au moment où une biopsie à mis en évidence un cancer broncho-pulmonaire.
J’étais physiquement et moralement totalement anéanti et ne comprenait vraiment pas ce qui m’arrivait.

Avec mon pneumologue, nous avons cherché dans mes différentes activités professionnelles et il s’est avéré que j’avais été en contact avec de l’amiante, pendant de nombreuses années, quand je travaillais dans une entreprise qui assurait la maintenance des ascenseurs (dont les patins de freins contenait de l’amiante).
Bien entendu, nous n’avions aucune protection particulière et j’étais, quotidiennement, en présence de poussières d’amiante, au cours de mes interventions dans les cages d’ascenseurs.

Je n’avais que 60 ans, plus de travail et il fallait commencer le traitement (chirurgie et chimiothérapie) pour tenter de limiter l’évolution de la maladie.

Heureusement, mon pneumologue m’a parlé de l’association SOS AMIANTE qui aide les victimes de l’amiante dans toutes leurs démarches.
Effectivement, les bénévoles de SOS AMIANTE m’ont conseillé et aidé dans toutes mes démarches.

Tout d’abord pour la reconnaissance en maladie professionnelle auprès de la C.P.A.M. de Montpellier et ensuite ils m’ont expliqué la possibilité d’obtenir une indemnisation du F.I.V.A.

Bien entendu, je ne souhaitais pas engager une procédure contre l’employeur responsable de ma maladie et cela d’autant plus qu’il a disparu depuis de nombreuses années.
Par contre, je ne savais pas que je pouvais obtenir une indemnisation de la part d’un organisme gouvernemental appelé F.I.V.A.

SOS AMIANTE m’a aidé à constituer mon dossier, l’a déposé directement au F.I.V.A., m’a tenu informé de son évolution et a étudié la proposition financière du F.IV.A. pour savoir si elle était conforme à ma maladie et aux jurisprudences de ma cour d’appel.
En quelques mois, grâce à SOS AMIANTE, j’ai obtenu une indemnisation dépassant largement 100000 € et un complément de la rente versée par la C.P.A.M.

Certes, une indemnisation aussi importante soit-elle ne peut remplacer les souffrances physiques et morales engendrées par une telle maladie.
Mais, libéré des soucis matériels quotidiens, j’ai pu suivre le traitement proposé par le pneumologue et l’oncologue et mon état de santé est stationnaire.

De plus, il m’a été signalé que, si par malheur, mon état pulmonaire s’aggravait, je pourrai toujours faire une démarche en aggravation.

Pour tout cela, je veux témoigner et dire toute ma gratitude à l’association SOS AMIANTE et à ses bénévoles, toujours disponibles.